Apremont 12 04 17 B

  

Mon village,

 

 Tu dors auprès de ton alliée

qui coule doucement ou sauvagement

quand elle recouvre  les berges.

 

Comme la rivière, tu changes d'humeur,

suivant les jours, et les moments de la journée..

A l'automne , au lever du soleil,

un voile se soulève, absorbé par le soleil.

 

 

Au printemps , le village se réveille,

aux sons des mélopées des oiseaux,

ou du cri des oies bernaches de passage.

Puis le silence retombe

un silence,  presque palpable

surprenant par son intensité..

on ne perçoit que la nature environnante..

 

les lumières diffèrent au bord de l'eau

où le soleil se lève.

Le ciel  offre sa palette de couleurs

éblouissantes, ou en camaïeu.

 

L'hiver le village sommeille,

les habitants discrets restent près de l'âtre

à part, un qui  promène son chien,

un autre qui rentre son bois.

 

Mais dès les beaux jours,

la vie circule à nouveau dans les rues, sur les berges

On aime retrouver la vie florale qui reprend ses droits.

Les jonquilles, les  rosiers, les arbres

une éclosion printanière et colorée

ranime la flamme des habitants.

 

Certaines dates ramènent les festivités

préparées avec enthousiasme

 avec les plantes, la musique, la brocante

ou les saveurs d'automne..

 

D'autres jours, un ras de marée de touristes

envahit la route qui conduit au parc..

La vie du village change sans cesse..

Certains pensent que l'on peut s'ennuyer

sans commerce, sans le coté urbain

qu'ils quittent pour trouver notre silence..

 

Comment pourrait on changer

cette vie, la vraie

contre une vie d'échange et de trafic

d'argent ?

Comment peut on préféré le vacarme des villes

à cette harmonie amoureuse de la nature ?

 

Est ce le début du paradis !

peut être pas, mais

C'est endroit hors du temps,

hors du monde..

où l'on peut être soi-même .

Mireille B