Au Jardin de mon âme poussent des fleurs

01 mai 2019

Ode à la vie

 

103840747

 

Ode à la vie !

 

Les prénoms des uns et des autres

chantaient sous mon crayon

griffonnant un petit carnet rouge.

Ils tourbillonnèrent et se mirent  à danser 

les uns avec les autres !

Je les regardais  avec amour !

cet amour qui m'étouffe quelque fois

quand il n'est pas donné.

Rien ne pourra plus empêcher

la diffusion avec un cœur ressuscité ;

L'inspiration est revenue

illuminer l'aurore de la poésie du cœur.

Offrir ce don aux plus démunis,

aux écorchés de la vie !

Laisser les mots ensemencer leur cœur ;

un jour ,ils cueilleront ,  surpris,

les roses de leur vie dans

un parterre parfumé dont les effluves

chatouilleront leur âme étonnée.

Avais -je tout cela en moi ?

L'amour est un miracle, chaque jour !

 

 

 

Ne coupons  pas les fils qui nous relient les uns aux autres !

N'ayons pas peur.

Cueillons l'offrande du jour !

un ange nous ouvre la porte de la Joie !

 

Contemplons la beauté , le soleil, les fleurs

comme si on les voyait pour la première fois,

comme au premier  jour du monde

l’émerveillement dans les yeux,

accueillant cette irremplaçable beauté

qui nous  porte depuis toujours.

En nous dans la grotte sacrée,

crie le nom de Dieu !

Dieu ! c'est la lumière du jour,

c'est le vent qui souffle mes cheveux,

c'est le son d'une flûte, d'une voix,

le sourire d'une madone africaine,

dans ma chambre d’hôpital.

C'est l'infirmière qui prend mes mains avec douceur,

Dieu ! c'est le chirurgien épuisé de sa journée,

attentif à mes questions la veille de ce grand jour !

C'est le mantra qui chante en moi au bloc,

c'est une main  d'amour qui sert la mienne au réveil,

c'est le frère qui prie dans son cloître pour m'accompagner,

Dieu ! c'est sentir mon corps endolori , immobile ;

sentir la conscience , alors que tout le reste se tait .

Dieu !c'est me découvrir vivante ,

alors que je partais le rejoindre...

Dieu ! c'est l'immensité , sans fin et sans faille.

 

Tous ces mots s'envolèrent de ma cage comme des oiseaux,

un soir de février.....

 

en ce Vingt deux février de l'an 12.

 

Mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 21:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 avril 2019

C'était hier et c'est aujourd'hui

VIGNETTE-Larmes

C'était hier

Mon cœur se déchire en miettes

restituant les brindilles d'amour reçues.

Ses battements lents ou rapides résonnent dans ma cage thoracique

qui garda secrètement

cet amour trop longtemps.

 

Mourir en un instant

abandonnant les doux moments

même trop rares,

de mensonges

rendre grâce pour les manques , les douleurs

les effusions joyeuses

ou triste de l'au-revoir.

Brûler les souvenirs

au feu de l'instant présent

et continuer ma route

seule,

mais en paix.

 

 

Les nuages cotonneux

recouvrent de douceur

mon cœur débordant de larmes,

les tilleuls embaument d'autres souvenirs,

et apaisent mes tripes en furie.

c'est aujourd'hui

Au feu du jour

brûlons les souvenirs,

les meurtrissures, 

laissons filer  les nuages du ciel,

écoutons le vent  chanter

dans les arbres, près de la maison.

le vent qui emporte les feuilles

loin d'ici, à l'automne.

Regardons la lumière brûlante

comme un jour d'été

plissant nos yeux

qui scrutent le ciel.

Imprégnons nous de  l'odeur de la  terre

imbibée et engorgée d'eau,

écoutons ses battements

Respirons avec elle.

 

Un frisson secoue notre échine,

comme dans une étreinte amoureuse

Heureux, vivants,

le temps n'existe plus.

Mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 avril 2019

Ouvrir la porte des mémoires

 

 

 

 

850_400_porte-qui-ouvre-toute-seule_1518773563

Ouvrir la porte des mémoires..

Je suis bloquée,

rien ne vient sur l'écritoire

inspiration où es-tu ?…

Le tilleul jauni me regarde mais rien..

Les mots sont coincés,

ou sont- ils dispersés dans un coin du cerveau

partis vers d'autres conquêtes, vers d'autres rêves ;

piano joue, s'enivre d'une arpège à une autre portée par le rythme,

j'attrape un mot en plein vol.

Le soleil inlassablement brille

mon cœur cogne à la porte comme un fou..

amie , me pousse à écrire :écrire, pourquoi, que dire,

comme les notes une à une s’égrènent sur le clavier,

les lettres une à une s'accrochent, se livrent en un mot, en deux …

et comme un train à tout allure roule sur le papier blanc .

Dans la mémoire ensevelie les romans et les essais, se cachent..

Qui était cette autre qui écrivait

dans une salle aux poutres ornées des armoiries de la famille.

Le calme du parc alentour,

apportait paix et l'amour reçu jaillissait

sous la plume pour donner vie à une femme inventée intelligente

qui reçoit ses hôtes avec grâce..

Mémoire ancienne, inspiration divine

sommes- nous les auteurs de nos écrits ou de nos actes.

Retrouvons nous les racines au fin fond de l'univers

qui garde comme une bibliothèque les œuvres des romancières du temps jadis..

La soirée s'écoule doucement au son du piano qui m'accompagne ;

je tape sur le clavier,

le pianiste frappe les touches avec délicatesse et élégance..

Les vagues de la mélodie m'emportent dans le rêve..

Et si je laissais parler les mots, les notes,

l'amour que je porte en moi, l'amour de la vie qui saute dans mes veines

les mots se mélangent aux notes

je ne sais plus qui joue, qui écrit

je suis transportée sur l'autoroute à toute vitesse.

stop.....la vie se brise je ne sais plus qui je suis

devant moi une porte blanche brillante

un souffle m'aspire vers cette porte qui s'ouvre

un être de lumière m'attend

me soulève et m'emporte vers les étoiles.

Mireille Bertrand écrit  inspiré en octobre 2018

 

Posté par lapresidente à 13:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 avril 2019

Danse des âmes

 

 

anges celestes

 

 

Seigneur

tu danses dans mon cœur

qui pulse au rythme

du mantra de Babaji.

Mon âme, sans âge

et sans limite

exulte de Joie.

 

 

Dans le silence du matin,

elle rejoint d'autres âmes -soeurs

et dansent inlassablement

la danse de  l'amour et la Joie !

Mireille

 

Posté par lapresidente à 08:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 mars 2019

LA VIE

 

 

P1060347

 

 

La vie nous éclabousse de ses joies,
de ses déceptions,  de ses trahisons..
 Nous  souhaitons tous la paix,
mais c'est comme si l'on ne  voulait pas être mouillé
en  nageant  dans l'océan !


mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


02 mars 2019

L'océan

 

 

 

P1060294

 

 

La vie s'étend comme cet océan

devant mes yeux.

Des milliers de vagues ondulent,

frémissent,

tantôt blanches, tantôt dorées

sous le soleil brûlant du jour.

 

Des hommes et des femmes

sur la plage , regardent cette vie..

puis scrutent l'horizon,

qui semble délimiter  leur vie,

cet ultime pays que l'on ne connaît pas..

 

La mort est- elle là bas !

Y a t il une fin 

à ces mouvements un  jour brusques

un autre jour d'une infinie douceur

comme notre colère disparue

sous nos gestes de tendresse..

 

Les vagues échouent sur la plage..

disparaissant dans le sable fin.

La vie se termine t -elle pour elles..

les unes après les autres , elles reviennent

inlassablement , vie après vie.

 

Un jour, comme les bateaux

nous prendrons le large,

pour savoir  ce qui est  derrière cette ligne..

Au fur et à mesure que nous approcherons,

la ligne s'éloignera,

et nous découvrions un autre horizon,

un autre pays, une autre vie.

La vie en mouvement,

peut elle mourir !

 

Ce soir, face à l'océan,

je me mire dans l'écran de Tes yeux

me prosterne devant Ta face

et me noie  dans Ton âme.

Mireille Bertrand

 

 

Posté par lapresidente à 12:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 février 2019

Dieu dans tous ses états

 

 

images497IERTZ

 

 La tête posée sur ses mains,

Assis sur son siège royal,

Dieu se questionne :

Qu'ai- je fait en créant le monde ?

 

il regarde, observe les humains ;

« Qu'est devenue la terre que j'ai créée ?

 Que font les hommes et les femmes

à qui j'ai donné l'intelligence, l'imagination

le libre arbitre, le don de création

la sensibilité, un cœur qui s'émeut

pour les autres !

 

Mais que s'est t -il  donc passé

dans cette merveilleuse machine

ai-je oublié quelque chose,

les programmes se sont -ils  embrouillés ?

 

Pourtant l'homme  invente ,  crée :

il a crée des machines pour se déplacer d'un endroit à un autre, des automobiles, des

trains, des avions, des navires,

des machines pour faire la cuisine,

coudre et laver les vêtements,

des téléphones, des ordinateurs

des usines, des centrales.

 

Mais cet homme, si savant,

ne pense plus  aux êtres humains,

son intérêt, lui d'abord..

la solidarité, la fraternité,

la compassion, l'amour où est-il ?

 

Me serais je  trompé ?

 

Et voilà que sur l'écran de Sa Conscience

Il voit une vieille dame, dans une rue

grouillante de voitures entre des immeubles gigantesques.

Cette vieille dame, va traverser la rue..

mais toute courbée, elle ne peut regarder

que ses pas..qui la conduisent..

Elle traverse,

Un jeune homme qui la voit,

arrive en courant , lui prend le bras

et lui parle doucement :

« N'ayez pas peur je vais vous aider à traverser »

 

Dieu,

à l'instant

sait que rien n'est perdu.

Qu'un seul être ait de la compassion pour un autre

témoigne du libre arbitre de l'homme

de sa sagesse.

Rien n'est perdu !

C'est à chacun de laisser jaillir

l'Amour.

Mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

la poésie

 

 

P1050551

 

 

Tout passe, tout lasse

trop de diversités sur internet

on  zappe à droite, à gauche..

enfin , peu de visite depuis la création

mes poèmes n'interressent personne.

"Ca ne se lit plus" me dit-on.

 

Pourtant , dans mon coeur coule une poésie

à longueur de journée,

vers vos âmes, perdues

dans notre monde matérialiste.

L'être humain semble ne pas avoir de place

l'être humain semble  être en survie

les poésies n'existent elles  pas  que pour nous

connecter, l'espace d'une seconde

à ce tout qui nous entoure

cet invisible qui fait pétiller nos yeux

de temps à autre,

afin de continuer notre chemin,

 un chemin rempli d'amour,

rayonnant l'amour,

jusqu'à la fin des temps.

 

Mireille B

Posté par lapresidente à 12:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 janvier 2019

la Vieille dame

 

 

vielle dame

 

 

Elle vieillit, mais elle ne le sait

que par  le regard des autres

sur ses  cheveux  blanchis

ou les rides qui creusent  son visage.

 

Bien sur, elle  a quelques douleurs,

bien sur, elle va moins vite

bien sur, ses clés, ses mots

qui se chiffonnent dans sa tête.

Bien sur, ses yeux voient moins bien,

son ouïe chante sans cesse ..

ses articulations se bloquent

et la figent sur place.

elle se surprend même à parler seule .

 

Elle sent bien, qu'elle  passe

dans un autre monde..

 

Et pourtant,

ses gestes plus lents ont plus de grâce

ses yeux pétillent encore de malice

et si ses mots se perdent

elle pose gentiment sa main chaleureuse

sur le bras de son  interlocuteur,

qui ne semble pas étonné..

 

Elle n'a plus envie de longs discours

sur la politique ou la société,

non pas qu'elle  ne comprends pas,

mais le temps presse,

et le beau l' attire.

Elle s'assoit, elle contemple

elle écoute l'environnement

tantôt serein, tantôt bruyant..

Elle contemple les nuages 

et les suit dans le ciel aux mille teintes.

Elle contemple l'oiseau qui plonge

et replonge dans l'eau.

Les seules caresses du jour,

le vent qui souffle sur ses joues .

Les cloches du village voisin

sonnent à toute volée

pour appeler à la pause méridienne.

 

La vieille dame semble faire partie du décor,

comme absorbée par le paysage,les sons, les couleurs

tout se fond en elle,

et elle se fond en eux..

La beauté offerte en ce jour

lui fait oublier, le temps, son âge.

Elle est .

 

Mireille B 

Posté par lapresidente à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 décembre 2018

Nuit et silence

imagesVQJMM52B

 

 

 

La nuit pose son voile sur le village

plus un bruit,

plus un son

tout est feutré,

le temps semble s'arrêter .

les étoiles clignoteront  bientôt

une à une , puis des milliers

nous envoyant , comme tous les soirs

un message du cosmos ,

 immensité infinie

Dormez, dormez terriens,

l'heure est au silence..

une année se finit

qu'en avons nous  fait ?

Une autre arrive

Seras- ce la dernière ?

Qu'en savons nous !

           « Vivons , disait le philosophe

comme si nous allions mourir demain. »

Unis à notre âme

écoutons là, suivons là

dans la douceur de cette soirée d'hiver.

Écoutons la musique de notre cœur,

accueillons sa nostalgie,

qui sonne et sonne

comme les cloches de l'église.

Nostalgie des temps passés

nostalgie de notre jeunesse

trop vite vieillie

nostalgie des êtres chers partis

trop tôt,

Nostalgie , des moments de tendresse,

des rire enfantins,

dans l'inconscience !

Nostalgie de tout ce qui nous échappe..

Et pourtant

l'avenir nous appelle à nouveau

jeunes ou vieux

des moments inconnus

des nouveaux projets

des nouvelles rencontres

avec les autres mais aussi avec nous- mêmes

rencontres à chaque battement de cœur...

la vie pulse

la vie nous pousse

 

Ouvrons grands nos bras

à cette nouvelle année

et de tout notre cœur

embrassons la !

Mireille B

 

Posté par lapresidente à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]