Au Jardin de mon âme poussent des fleurs

02 janvier 2021

Voeux 2021

imagesKZV493A3

Deux mil 20
s'en est allé 
elle a  disparu à jamais
emportant les souffrances, les angoisses
les doutes, les certitudes
mais en laissant au fond de nous une force renouvellée
un discernement aiguisé,
une conscience élargie.
Célébrons aujourd'hui  l'inconnu,
qui pointe son nez, avec 2021
accueillons le renouveau
Vingt et un , le Monde du Tarot
représente l'atteinte de l'Illumination.
L'accomplissement dans son expression la plus pure
Symbole d'épanouissement et de joie.
A nous de jouer pour une Belle Année 2021.
Mireille Bertrand

 

 

Posté par lapresidente à 11:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


23 novembre 2020

Restaurant du village

 

 

unnamed

 

 

Dans le  restaurant d'un petit village

 

je redécouvre le plaisir  de manger :

 

plaisir de manger  les frites avec les doigts,

 

plaisir de déguster un vin doux d'Alsace,

 

Ce soir , mes papilles dégustent 

 

le tête me tourne un peu,

 

mais cette  douce ivresse  m'éloigne t-elle  de mon centre .

 

Ce soir je fête  l'été !

 

 

 

Venue dans cette campagne morvandelle

 

pour retrouver la vie en moi,

 

j'accueille tous les cadeaux qu'elle m' offre 

 

et qui  redonne un sens de complétude à ma vie.

 

J'avais rejeté depuis toujours les plaisirs

 

dans lesquels mon père se vautrait,

 

sous le regard maudit de ma mère .

 

Mon corps privé  du plaisir des sens,

 

réapprend et s'émerveille :

 

plaisir du corps qui s'abandonne à l'autre avec volupté ;

 

plaisir de sentir l'odeur du pain chaud sortant du four,

 

la gourmandise aiguisée  en le savourant ;

 

plaisir de sentir le vent soulever mon abondante chevelure ;

 

plaisir d'entendre de la musique en marchant dans la rue ;

 

Des airs de guitare  m'appellent et

 

comme les rats, attirés par le joueur de flûte ,

 

je m'approche  d'un groupe  jouant « Besame mucho ».

 

Je sens des fourmillements dans mes jambes,

 

dans mon corps  renaît l'envie de danser  !

 

Quel bonheur de sentir mon  corps vivant !

 

quelques heures avant je priais  avec les moines  qui psalmodiaient…

 

suis- je spirituelle ? oh que oui.. !...

 

 

 

La spiritualité ne se cache pas derrière

 

des attitudes ou des mines sérieuses , les yeux baissés au sol.....

 

On nous baptise avec le sel sur la langue,

 

j'avais ôté le sel de ma vie

 

on communie en buvant le vin,

 

et je le rejetais.

 

la vie spirituelle naît  dans nos cœurs,

 

quant elle est reliée et dédiée  à Dieu .

 

Aujourd'hui le corps, le cœur et l’âme

 

sont à l'unisson.

 

Tous les actes de ma vie,

 

ont le parfum divin comme source,

 

et m'apporte joie et amour.

 

Enfin réconciliée avec elle même ;

 

la femme éclatée  si longtemps,

 

rassemble les morceaux en un seul.

 

Et déguste la vie.

 

Mireille Bertrand  juin 2013

 

 

 

 

Posté par lapresidente à 21:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 novembre 2020

Réminiscences d'enfance fin

 

ob_7e80b1_papillon

 

 

Au crépuscule de ma vie, présent et passé se confondent et m'emportent à vive allure  vers le dernier acte...

Le temps existe t -il ? Non, je le sens, le pressens...

Comment pourrait il y avoir un arrêt sur image quand je rendrai mon dernier souffle dans les mains du très haut.

Cette conscience , qui me fait revoir ces extraits de film de ma vie , sera toujours vivante.

Emportera-telle dans ses bagages, quelques résidus de peurs...des désirs inassouvis, ou sera t-elle libérée, à jamais, portée par l'Amour, reliée au divin ?

 Cet après midi n'a pas d'age, moi non plus..ce n'est pas la petite fille avec ses attentes et ses ennuis qui parle, non , c'est bien la femme, mûrie par les épreuves de la vie ;

je ressens une grande force jaillir de cet éclat de conscience qui m'éblouit, une grande liberté intérieure:

Sans vouloir voler les paroles, d'un poyaudin de St Fargeau: "je dirai que ma vie a été belle"

 

Des drames familiaux, certes, des manques,des brouilles familiales,  des amours déçues , un travail que je n'avais pas choisi, mais aussi des rencontres hors du commun qui m'ont guidées sur mon chemin spirituel, un travail personnel sur moi qui m'a ouvert les yeux et la conscience...et après des années galères, une ouverture du coeur qui m'ouvra à la vie; celle que je pouvais me créer, en toute confiance.....je me réalisais  enfin.................... personnellement..

Limpidité du ciel azur !

Limpidité de ma conscience

est-ce cela l'éternité ?

 à mes  chers grands parents

mireille Bertrand

vielle dame

 

Posté par lapresidente à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2020

Doux poèmes à entendre.

 

 

Portretfoto_van_Etty_Hillesum_met_hand_onder_haar_kin,_circa_1940

 

 

Etty_HILLESUM

 

 

 

20201018_171130

 

LA_FEUILLE

 

 

Posté par lapresidente à 08:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2020

Reminiscences d'enfance 3EME

6cea86cc-b8d6-45f3-ab83-f1d3cb62da17_l

 

Je me rêvais , alors une vie « quand je serais grande »..........et en même temps j'absorbais ce présent, qui me paraissait ennuyeux......

A cet instant , il me fait l'effet d'un cadeau que je découvrirais dans un vieux coffre poussiéreux du grenier.

Un bien être m'envahit, un espace qui n'a pas de limites et qui vient de la nuit de mon temps...aucun mot ne ressuscite, non, le silence,la verdure, les arbres et le soleil.

Soleil de mon enfance heureuse où je vivais , durant les mois de vacances scolaires, une vie libre.....pas de murs, pas de portail pour nous garder en toute sécurité, à cause des peurs maternelles. Non , ici l'espace, ....les champs, les vaches, le vélo...qui me permettait de profiter de ma liberté.. , les chemins..

 

Les chemins où je partais me promener sans peur, chantant en regardant le ciel qui me fascinait déjà. Je chantais à tue-tête les chansons de l'époque que j’entendais chez moi à la TSF...Plus tard je partirais explorer les alentours à bicyclette, sans que ma grand -mère ne s'inquiète....

Un chemin , puis la route conduisait à la vigne de pépère ;l es journées de vendange me reviennent, il y avait des hommes, des femmes, de la joie , de la vie..l'odeur du raisin, les casse- croûtes en pleine nature, nous pouvions  manger les pèches de vignes, juteuses et goûteuses....

 

 

Ce qui me frappe le plus ce soir, en écrivant , c'est la différence de vie , dans ces années 60 entre celle offerte par mes parents, confortable mais isolée, et celle de mes grands parents,  simple mais libre ;

Les parents commençaient à apprécier le confort ; mes grands parents sont restés des ouvriers simples, qui connaissaient la valeur de l'argent : pas de compte en banque:les billets de 1000F entassés soigneusement sous la pile de draps dans l'armoire de notre chambre ; c'est ainsi que ma laborieuse grand -mère avait jadis acheter sa maison , en la payant comptant.

Une autre vie, comme l'ont décrit de nombreux auteurs , une vie simple, où l'on se contentait de ce qui était ; je revois ma grand-mère, assise près de son poêle, le soir ; nous restions à parler sans lumière, jusqu'à ce que le nuit nous surprenne...elle ne cherchait pas à se distraire, la pauvre femme n'avait jamais connu cela. Elle a toujours travaillé bien au-delà de 70ans...…..Elle était..

Je revois cet autre chemin qui partait de la maison, vers le « Gué de chariot », chemin caillouteux, que ma grand mère descendait en poussant sa brouette alourdie par le poids du linge dans la lessiveuse  , le battoir coincé pour l' essorer..Arrivée au bord du lavoir, elle s'installait à genoux dans une caisse en bois, qu'elle appelait  son cabasson et les mains libres , elles rinçait les draps dans l'eau claire...Et moi de regarder ce spectacle d'une autre vie, sur le pont qui enjambait la rivière:je regardais l'eau couler comme on regarde passer le temps qu'on ne peut arrêter..

Elle ne demandait jamais rien à personne, elle se suffisait à elle même , même seule après la mort de mon grand père....une vie saine et j'ai envie de dire une belle vie, malgré la dureté . Non distraite par le superficiel qu'elle n'avait pas, ni par les lectures, elle vivait son quotidien présente, simplement présente.

S'ennuyait elle ? Oui de mon grand père après sa mort..

A suivre

Mireille Bertrand

 

 

 

 

Posté par lapresidente à 22:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


14 novembre 2020

Réminiscence d'enfance 2eme chapitre

 

 

carte-postale-soldat-polu-amoureux

 

  

J'aimais m'asseoir sur le pas de porte ou sous le merisier, qui donnait de tout petits fruits rouges et sucrés, écouter les bruits alentours, les oiseaux chanter des mélodies variées, sentir la bise soulever mes cheveux et caresser mes joues rosies comme aujourd'hui. J'aimais jouer dans la petite cabane à l'ombre d'un énorme noyer apprécié les étés de chaleur. Dans cette cabane, une petite caverne d' Ali baba où je trouvais des pièces trouées d'une autre époque qu'on appelait des sous, et de vieilles cartes postales représentant de belles femmes avec un soldat, écrites au crayon de papier par un mari ou un amoureux à sa belle, pendant la guerre …

Je ne savais pas à cette époque toutes les horreurs des deux guerres...Dans ma famille, jamais personne n'en parlait ;....quelque fois, mon grand père, qui avait fait 14/18 évoquait « le chemin des dames «  en regardant la fenêtre assis au bout de sa table...Que regardait- il par la fenêtre ? Que cherchait-il ? Sa jeunesse et ses illusions perdues , ou voyait -il des vieux clichés:les tranchées, ses camarades morts sous ses yeux, le froid, la misère...c'est un homme de 38 ans qui est rentré de cette grande guerre, une blessure à la cuisse, mais une , encore plus grande dans son âme...Il parlait très peu, avait du mal à marcher à cause de ses jambes, et ne faisait rien de sa journée à part regarder par la fenêtre....l'apparence d'un homme tranquille ou mort avant l'âge !

Jamais non plus , ils n'évoquèrent ces trois journées d'horreurs de l'été 44, le 17 juillet, le 2 et 7 août où les américains bombardèrent la petite ville Neuvy au bord de la Loire et leur village laissant des familles entières en deuils.

A cet age, je ne savais rien des malheurs humains, de la souffrance, je vivais dans mon monde, avec mes frère et sœur ;

j'allais le découvrir plus tard....

A SUIVRE

Mireille Bertrand

 

Posté par lapresidente à 22:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2020

Réminiscences d'enfance 1er chapitre

 

Assise au bord du chemin , avec pour siège une pierre qui m'attendait...les étoiles de soleil scintillant sur l'eau du canal ; au loin , un beuglement me rappelle que je suis près d'une ferme...Aussitôt un souvenir d'enfance revient, présent, comme si la barrière du temps s'était ouverte. 

Je me revois fillette timide, chez ma grand mère, seule ou du moins avec ce sentiment d'être seule.

En ce temps là , les grands -parents nous gardaient mais vaquaient à leurs occupations, sans chercher à meubler notre temps par des jeux éducatifs ...la pauvre femme n'ayant pas été à l'école, aurait eu du mal, mais ça ne se faisait pas....

Alors, j'observais les adultes, écoutais leurs conversations entre voisins et je me promenais dans la nature proche de la maison.

 

DSC_7559

 

Un grand placier sur la butte du village où se regroupaient quelques maisons : un puits planté là, où les villageois venaient chercher l'eau fraîche ; ma grand mère avait l'eau courante depuis peu, mais elle gardait ses habitudes ; l'été , l'eau du puits était la bienvenue  car elle n'avait pas de réfrigérateur ; seulement un garde- manger dans le cellier ;

la vie était très différente d'aujourd'hui ; elle vivait de ses légumes, de ses poules, de ses lapins, et n' achetait que le nécessaire en épicerie; aujourd'hui quand je vois les étalages sur- dimensionnés dans les super marchés, j'ai presque honte, pour les anciens...dans son petit buffet :un paquet de café, de farine, sel, poivre, camembert, pâtes, riz..... ..les desserts ?des pommes ou des poires du jardin,et les jours de fête des beignets qu'elle faisait elle -même ;

ah ! les beignets de ma grand mère ! tout le monde les connaissait et les appréciait;le dimanche, j'ai le souvenir du poulet rôti qui dorait dans le four du petit poêle à bois, accompagné de riz aromatisé seulement d' une gousse d'ail...je n'ai jamais retrouvé cette saveur......et le soir en hiver, des pommes de terre cuites au four accompagnées du fromage blanc passé dans une faisselle avec le lait que nous allions chercher à la ferme d' à coté....

Malheureux ? certainement pas....nous mangions à notre faim....mais il y avait une simplicité de vie, que nous ne connaissons plus...

 

Mireille Bertrand

à suivre

Posté par lapresidente à 10:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 octobre 2020

Pause O bligée

mEWFDdQch14aFH_f5hLJX_cbd6M

Bonjour ami(es) poètes

 

Peu de personnes visitent ce blog,

la poésie n'attire pas autant que les infos du moment.

La poésie est venue une nuit d'octobre , volià 10 ans

et depuis je laisse aller mon imagination

inspirée par les faits, mais surtout le Beau qui nous habite tous.

C'est comme un  souffle,

comme une vague qui m'emporte sans que je sache

où je vais atterrir.

Un moyen d'évasion? ou un moyen d'invasion.

En écoutant vos émotions durant la lecture

elles vont faire écho à quelque chose d'enfoui peut être

depuis  longtemps!

Durant cette période de confinement,

si vous lisez ce blog

partagez quelques commentaires..

Je les accueille toujours avec plaisir.

Profitez de ce repli pour méditer, réfléchir

Et Aimer, de tout votre coeur!

Mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 09:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 octobre 2020

Qu'y a t-il à l'intérieur d'une noix

images (2)

 

 

Une noix chantait Trenet

qu'est ce qu'on y voit ?

 

Je décortique patiemment

celles offertes par une élève.

Je les tourne, les ouvre

elles sentent  bon la pluie, le vent

la terre et le soleil.

Elles  m’entraînent

dans un monde souterrain,

de labyrinthes dorés

où nous allons découvrir

quelle déesse ?

 

Une noix,

qu'y a t -il à l'intérieur d'une noix,

mais qu'y a t il à l'intérieur de soi ?

Un espace immense qui ramène au germe

produit par deux semences

un mystère commun à toute la vie

terrestre.

 

Le cerneau semble avoir

deux hémisphères, comme notre cerveau

oh nature! un mystère

A l'intérieur de l'homme

qu'y a t il ?

 

Un espace caché ,

au très fond de lui...

Brahma dit :

« Nous cacherons la divinité de l'homme

profondément à l'intérieur de lui

car c'est le seul endroit

où il ne pensera jamais chercher »

 

Et l'homme, travaille, plante, récolte,

court vole, nage,joue avec des écrans

s'enivre toujours.

mais qu'y est-il ?

 

Avec patience, chacun, avec nos outils,

décortiquons, sentons, découvrons,

ce qui sommeille au fond de nous

au fond de soi,

 

« Au lieu d'aller au dehors, rentre en toi-même ;

c'est au cœur de l'homme qu'habite la vérité. »

disait St Augustin

Tourner notre  regard de l'horizon,

vers notre espace immense

lumineux !

Le Soi, l' Atman

Un défi pour l'être humain,

un devoir pour l'homme incarné,

 

mais je m'égare

Qu'y a t -il à l'intérieur d'une noix?

 Mireille B

 

Posté par lapresidente à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2020

Horreur

 

 

sans-titre

 

En apprenant  la nouvelle des attentats,

en 2015 je me sentais tétanisée..

Abasourdie, devant l'horreur.

Quel être humain peut de sang froid

tirer sur d'autres êtres humains..

dans une salle ou  dans la rue.

Au nom de quelle idéologie ou de quel Dieu

peut on  croire qu'en détruisant  la vie

on gagnera le paradis !

 

Aujourd'hui, 16 octobre 2020  rien n'a changé!

 

La tristesse s'installe devant ces jeunes,  victimes,

nombreux, qui ressemblent à un frère ou une sœur ;

la jeunesse, est la vie en devenir

d'un pays.

 

Face à l'horreur,  la révolte en sourdine,

gronde au fond de mes tripes...

comme un torrent  qui enfle sur son cours

et détruit tout sur son passage...

 

« Est ce qu'on va tous mourir « 

demande la petite fille à sa maman.

La peur au ventre sait-on ce qui nous attend

notre pays va t il ressembler au Liban,

à Beyrouth ? Et à tant d'autres qu'on oublie.

 

NON,

non je refuse de me laisser envahir par cette peur

qui résonne comme une  grosse caisse .

A défaut de croire à la sagesse du pays,

Je m’assois en silence

en méditation .

Au rythme de mon souffle

je suis le flot de la vie

je sens la joie inconditionnelle

je sens l'amour pour tout et tous

je me sens reliée à l'univers

je suis une goutte de la création

je respire  le Tout

je suis Une avec .

 

Et je vis,

je parle, j'écris,

je prie,

je soutiens,

je ris, je chante

J'aime les bras grands ouverts

mais en larmes....

 

Mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 09:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]