Au Jardin de mon âme poussent des fleurs

14 octobre 2018

En écoutant Ravi Shankar

 

Bénarès

  

Le musicien gratte

quelques notes

et aussitôt le voyage commence.

Sur l'écran de mes souvenirs..

les images de l'Inde défilent.

 

 

Terre inconnue, à l'atterrissage

sinon par l'enseignement du yoga.

Visages par milliers défilent,

dont les yeux annoncent la profondeur

de l'être qui me regarde..

 

Des petits temples partout de dressent,

à coté d'une famille , pauvre, qui vit ras le sol...

Mes pas sur les ghats, marchent légers,

comme portés par cette terre sacrée.

 

Les divinités hindoues nous accueillent,

dans les temples, où les hommes se prosternent.

La beauté côtoie la pauvreté..

Des rituels et des chants du matin au soir,

rythment les journées....

 

Au lever du soleil,  les hommes et les femmes

font leurs ablutions dans le fleuve sacré

et saluent le soleil et Dieu ….

D'autres déposent des bougies dans une feuille

qui emportera leurs prières  tout le long de son voyage..

 

Lumière, chants, bruits intenses

nous sommes ailleurs,  mais

nous côtoyons une autre dimension

qui nous élève,

qui nous révèle une  vie intérieure

profonde, immense, innommable....

 

Om Shanti!shanti!shanti

Mireille

 

Posté par lapresidente à 20:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 septembre 2018

EVOCATION

010

 

Les yeux disent, racontent le ciel,

parle de Toi, Dieu le puissant.

Certains regards ont l'immensité d'un  ciel étoilé la nuit.

on se noie en plongeant notre regard dans la profondeur du  leur,

ils nous entraînent dans des  espaces inconnus,

où surgit la lumière du monde,

et loin d'être perdus on tient le Tout

on est le Tout.

Le paysage se mire dans mes yeux éblouis

les collines, les clochers des mille églises

un filet de brouillard dans la vallée

au loin le dôme de l'église Santa Maria del Angeli

qui m' a demandé une chère offrande!  

"Dieu et Dieu seul "dit swamiji!

S'accomplir en dédiant à Dieu nos actes,

nos pensées, nos paroles,

même nos amours!

mireille@

Posté par lapresidente à 17:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 août 2018

On se retrouvera

Francis Lalanne - On se retrouvera

 

Une manière de dire adieu à ceux qu'on aime!

Posté par lapresidente à 19:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 août 2018

La Madone du métro Termini

 

Image associée

 

 

Je lis Bobin qui écrit sur la mère comme aucune femme avant lui!

Je revois la madone contemporaine du métro à Rome,

Son regard plus grand qu'un  ciel d'été,

recouvrant l'enfant porté sur  son cœur!

Celui- ci confiant  entends les battements de maman.

Qu'a t il à faire de ce monde en furie.

Qu'a t il à faire de ce bruit qui l'entoure.

Confiant, il se laisse bercer par le ronron du train.

Je regarde l'enfant et la mère me sourit,

émue qu'une autre  mère  recouvre d'un regard ,

son petit de tendresse!

Oui , la beauté des mères est sans égal .

Dans tous les pays du monde,

Cette onde d'amour les relie entre elles

car c'est l'immensité

qui s 'ouvre à cet instant

comme la madone à l'enfant!

Mireille Bertrand

 

Posté par lapresidente à 08:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2018

Christian BOBIN , l'inspirant

 

 

 Si vous saviez à quel point je cherche la joie

Ce n'est pas quelque chose qui est séparée

de façon étanche de toute douleur

de toute difficulté mais je cherche quelqu'un

C'est peu à peu en écrivant que j'en ai pris conscience

Ecrire pour moi

c'est appeler dans le noir espérer

qu'il y ait un écho

espérer que la parole va s'éclairer en butant contre un visage

Ce qui va toucher l’autre

C’est la vérité de notre présence

De notre voix C’est ce qui nous touche aussi

Nous pouvons être des miracles les uns par rapport aux autres

Un moine ce n’est pas extraordinaire

Un saint ce n’est pas extraordinaire

C’est la vie qui est extraordinaire

Pour trouver la joie

Il faut regarder le mal en face

Ne pas en faire l’économie

Ne pas oublier la douleur qui court

Comme un fleuve noir dans le monde

Qui est en train d’inonder des continents entiers

Et il faut en même temps

retrouver la force élémentaire qui va tout soulever

Plus forte qu’un insurrection

La certitude simple basique

Le sentiment concret qu’on est vivant

L’incroyable chance d’être dans cette vie

Malgré les balles qui volent Les scènes de théâtre qui s’effondrent

Il y a une chose qui est plus belle que tout

Et qui viendra à bout de toutes les horreurs

C’est la fraternité d’être simplement vivant sur cette terre simple

Cette pensée là pauvre

Elle change tout.

" Christian Bobin ¨, mon Maître,  RCF du 16 juillet 2018

Merci

Posté par lapresidente à 09:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 juillet 2018

Mon âme a soif

7050742-deux-mains-des-hommes-l-39-un-descendant-d-39-aider

 

Mon âme tu as soif,

 de présence et de vie

soif d'un monde meilleur

où chaque être  avancerait

les uns vers les autres

sans peur, sans envie

lui tendant une main fraternelle.

Tu as soif

de partage et d'amour.

 

Homme

redresse la tête

ne regarde plus tes pieds,

mais les autres...

ils n'ont pas la même couleur de peau

le même langage,les mêmes coutumes

la même religion

mais ils sont comme toi

un être vivant, sur la planète Terre.

 

Retrouve ta dignité d'être humain

marche vers les autres

pour que l'humanité trouve l'harmonie.

mireille B

Posté par lapresidente à 19:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 juillet 2018

La vie se pose

 

P1050396

 

Quatre mois de l'année

dans le silence et la douleur..

Ai-je vécu ?

Dans le monde non,

ne pouvant pas me déplacer.

 

Alors j'ai  élu domicile dans ma maison,

celle qui m'abrite de son toit,

et l'autre, ma maison intérieure

mon espace...

 

Notre demeure, la vraie

n'est-elle pas cet espace intime

de notre être

souvent abandonné, souvent en friches

par notre attention tournée vers l'ailleurs..

le temporel..

Il nous faut  bien souvent une maladie,

pour nous pousser à être.

 

Silence,

alentour, où seule la nature murmure,

les oiseaux psalmodient,

quelques rayons de lune apportent la clarté

à la nuit qui avance.

 

Silence

silence profond de mon âme

tel un lac tranquille, sans vagues

me tirant vers mes profondeurs,

mon âme  susurre

paix, amour..

Rien à chercher,

Rien à attendre

Pourquoi s'agiter

j'inspire la lumière

je reçois la vie !

 

 

Mireille Bertrand

 

Posté par lapresidente à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2018

Mon village

Apremont 12 04 17 B

  

Mon village,

 

 Tu dors auprès de ton alliée

qui coule doucement ou sauvagement

quand elle recouvre  les berges.

 

Comme la rivière, tu changes d'humeur,

suivant les jours, et les moments de la journée..

A l'automne , au lever du soleil,

un voile se soulève, absorbé par le soleil.

 

 

Au printemps , le village se réveille,

aux sons des mélopées des oiseaux,

ou du cri des oies bernaches de passage.

Puis le silence retombe

un silence,  presque palpable

surprenant par son intensité..

on ne perçoit que la nature environnante..

 

les lumières diffèrent au bord de l'eau

où le soleil se lève.

Le ciel  offre sa palette de couleurs

éblouissantes, ou en camaïeu.

 

L'hiver le village sommeille,

les habitants discrets restent près de l'âtre

à part, un qui  promène son chien,

un autre qui rentre son bois.

 

Mais dès les beaux jours,

la vie circule à nouveau dans les rues, sur les berges

On aime retrouver la vie florale qui reprend ses droits.

Les jonquilles, les  rosiers, les arbres

une éclosion printanière et colorée

ranime la flamme des habitants.

 

Certaines dates ramènent les festivités

préparées avec enthousiasme

 avec les plantes, la musique, la brocante

ou les saveurs d'automne..

 

D'autres jours, un ras de marée de touristes

envahit la route qui conduit au parc..

La vie du village change sans cesse..

Certains pensent que l'on peut s'ennuyer

sans commerce, sans le coté urbain

qu'ils quittent pour trouver notre silence..

 

Comment pourrait on changer

cette vie, la vraie

contre une vie d'échange et de trafic

d'argent ?

Comment peut on préféré le vacarme des villes

à cette harmonie amoureuse de la nature ?

 

Est ce le début du paradis !

peut être pas, mais

C'est endroit hors du temps,

hors du monde..

où l'on peut être soi-même .

Mireille B

 

 

 

 

 

 

 

Posté par lapresidente à 07:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2018

Hommage à DUN les Places (58) par le Père Pouvesle

  Le 21 juin  dernier , au Palais  Ducal, Mme Lorans Véronique chargé de la culture et du patrimoine à NEVERS parla du Morvan qui accueillait une chorale amricaine; elle en parla comme un haut lieu de la résistance...

Voici un témoignage du père Pouvesle qui fut mon curé à st Amand en Puisaye (58) et qui fut curé aussi à Dun...pendant la guerre 39/40

 

280px-Dun-les-Places,_l'église

  

 

En passant par DUN LES PLACES au coeur du Morvan,

une belle église

 

Regardez la belle église

n'est ce qu'un tas de pierres jétées au hasard les unes sur les autres? Non!

Est elle un bloc une masse informe de matière inerte, un aggloméré stupide, sans ligne, ni beauté? Non plus!

Regardez chacune des pierres: le granit taillé par une main habile qu'animait l'amour du travail bien fait. Chaque pierre s'ajuste à sa voisine:aucune ne se dérobe, chacune à sa place assure la solidité du tout;une pierre du clocher a été endommagée , elle reste soutenue par les autres;

Regardez l'édifice, les portes ouvertes:l 'ordre est partout;

Toutes les lignes de l'architecture convergent vers l'autel: de leur harmonieuse union naît la beauté simple et pure de la maison de Dieu.

Je ne rêve pas: j'ai sous les yeux la belle église de pierres que sept ans de dur labeur ont dressée vers le ciel.

Mais je rêve maintenant ce que pourrait être à son image notre société humaine;

Elle ne saurait être une juxtaposition d'individus isolés sans relation entre eux, ni une masse grégaire où les personnes seraient nivelées jusqu'à ne plus être qu'une foule anonyme sans âme qui vive; la vie appelle la vie. Notre société pourrait être une communauté où chacun garderait se personnalité originale, son bien propre, sa place et son rôle, sa vocation; solidaires les uns des autres les membres du corps social auraient entre eux de justes rapports. L'entente des esprits, l'accord  des volontés et la concorde, tel serait le bien commun où chacun en y mettant du sien trouverait son bénéfice;

Les égards mutuels, l'échange des services, un dévouement sincère et désintéressé, tout y favoriserait l'amitié, l'union fraternelle.

Il y ferait bon de vivre ensemble en travaillant et en s'entraidant, en s'aimant.

Ne serait ce qu'un rêve?

Je crois que ce sera plutôt qu'on ne pense la belle réalité de demain;

Dun les Places est une terre ensemencée par des hommes qui ont souffert la mort et donné leur vie pour un avenir meilleur;

Leur sacrifice ne peut rester vain." Jacques Pouvesle.*

 

*Le Père Pouvesle né le 16 août 1901 et décédé en avril 1992, est nommé prêtre à St Amand en Puisaye en l' an 1948, où je nais.

 

Par son attitude, plus que par son enseignement religieux, dans ma jeunesse, il  fut un modèle ;  je sentais qu'il était vrai , juste et inspiré; extérieurement simple et pauvre, intérieurement riche de sa Foi et de son amour en Jésus;

 

c'était un religieux, un homme de coeur, de vérité, d'amour de l'autre, de simplicité et d'authenticité;

 

Puis je écrire aujourd'hui , 27 ans plus tard que  j'aimais cet homme qui aurait pu être mon père; Père , il l'était spirituellement, et quand on a l'amour de Dieu en soi, on aime, de cet amour grandiose que Dieu nous souffle............

 

Je le pense depuis longtemps dans  les bras de Dieu, cet  être qui était peut être réalisé bien avant que je sache ce que cela veut dire........

 

"Toute ma gratitude pour ces heures passées à m'écrire, à me donner, au fil des lettres et des années où nous nous sommes côtoyer;

 

C'est par vous que la grâce est déjà descendue sur moi avant celle de Swami Sivananda;

 

Les larmes de Joie et de gratitude coulent  en transmettant ce témoignage que je laisse pour mes filles et mes petits enfants que j'aime;

 

mireille B

 

Posté par lapresidente à 12:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juin 2018

Notre vraie demeure

 

images

 

Notre demeure, la vraie

n'est-elle pas cet espace intime

de notre être

souvent abandonné, souvent en friches

par notre attention tournée vers l'ailleurs..

le temporel..

Il nous faut bien souvent une maladie,

pour nous pousser à être.

 

Silence,

alentour, où seule la nature murmure,

les oiseaux psalmodient,

quelques rayons de lune apportent la clarté

à la nuit qui avance.

 

Silence

silence profond de mon âme

tel un lac tranquille, sans vagues

me tirant vers mes profondeurs,

mon âme susurre

paix, amour..

Rien à chercher,

Rien à attendre

Pourquoi s'agiter

j'inspire la lumière

je reçois la vie !

mireille@

Posté par lapresidente à 09:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]