Au Jardin de mon âme poussent des fleurs

16 août 2017

L'amour humain existe t-il.

 

marmo-proserpina

 

Certains hommes consomment l'amour

comme d'autres consomment

le vin ou l'alcool.

La femme n'est-elle qu' objet

de désirs et de plaisirs.

 

Le corps de la femme se fait nid,

s'ouvre , se déchire pour donner la vie.

Le cœur de la femme bat dans l'acte

qui unis les corps.

le cœur de la femme se donne

dans tous les actes.

L'âme de la femme s'enflamme

dans tous les actes de vie.

 

 

Homme,

regarde la femme

c'est elle qui t'a mis au monde,

c'est elle qui t'a nourrit, aimé..

 

Cherches-tu sans cesse ta mère

dans ses bras.

 

 

Au plus profond de cet être

se cache un cœur

fragile comme le cristal.

vois l'amour qu'il reflète

vois l'amour qu'il te donne..

l'amour ne se consomme pas

il se vit..

 

 

mireille@

Posté par lapresidente à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


13 août 2017

La jeune fille au violoncelle

violoncelle seul 17

 

 Me promenant dans les bois par un bel après midi d'été

j’aperçois devant moi une jeune fille

marchant, une coquille sur son dos .

Son violoncelle l'écrasait de sa taille gigantesque.

Elle rentra dans le bois, comme une biche

et je la vis s'installer sur un tronc d'arbre,

déballant amoureusement son instrument et son archer.

Continuant mon chemin, un petit terre-plein

m'invita à m'asseoir. 

Quelques instants suffirent pour que des sons

sortent de l'instrument.

Les oiseaux s'émoustillèrent,

Les branches et les feuilles bruissèrent

La jeune fille jouait...........

Elle jouait et les animaux, les insectes,

les arbres, les feuilles et les branches dansaient........

La nature toute entière frémissait de bonheur,

car jamais elle n'avait entendu sons plus mélodieux.

Puis elle s’arrêta.

Je pris le chemin du retour et

la félicitais lorsqu'elle sortit du bois.

J'engageais la conversation et de fil en aiguilles

j'appris qu'elle connaissait l'ami troubadour.

« Incroyable » diront certains,

moi de rire du clin d' yeux du Très haut .

« Alors, me dit- il, vois tu de quoi je suis capable ?

Vois- tu ma puissance :

« Rien n'est impossible pour Dieu ,

Rien!

quand tu auras pratiquer avec persévérance,

avec patience, et endurance

un jour où tu n'attendras plus,

je te bénirai en te donnant

la Grâce » !

♫♫♫

mireille

Posté par lapresidente à 07:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 août 2017

Au jardin de mon âme

 

 

photo abeille

 

 

Au jardin de mon âme

poussent des fleurs sur des notes dorées!

Comme des papillons aux ailes d'argent

la musique s'élève et éclaire tout l'espace!

La lumière de tes yeux comme des lucioles,

ces verts luisants, illuminent ma nuit

pour me conduire vers Toi.

Que cet amour me guide

entre les humains et les relient à la vie.

La vie qui ne tient qu'à un fil:

le fil d'argent céleste.

La voix des moines aident mon âme

à gravir cette corde vibrante.

Lâcher la peur qui bloque

ce grand saut dans l'inconnu

qui m'éveillera!

Déposer mes limites,

mes ultimes barrières libérantes à jamais

et n'être qu'un avec Toi.

mireille@

Posté par lapresidente à 12:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 août 2017

Mon livre blook

009

 

 

 

 

 

010

 

 

Merci pour ce premier livre de poésies qui est d'une belle qualité.

mireille Bertrand

Posté par lapresidente à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 août 2017

Un soir que je regardais le ciel

 

027

 

 

Elle me dit, un soir, en souriant :
- Ami, pourquoi contemplez-vous sans cesse
Le jour qui fuit, ou l'ombre qui s'abaisse,
Ou l'astre d'or qui monte à l'orient ?
Que font vos yeux là-haut ? je les réclame.
Quittez le ciel; regardez dans mon âme !

Dans ce ciel vaste, ombre où vous vous plaisez,
Où vos regards démesurés vont lire,
Qu'apprendrez-vous qui vaille mon sourire ?
Qu'apprendras-tu qui vaille nos baisers ?
Oh! de mon coeur lève les chastes voiles.
Si tu savais comme il est plein d'étoiles !

Que de soleils ! vois-tu, quand nous aimons,
Tout est en nous un radieux spectacle.
Le dévouement, rayonnant sur l'obstacle,
Vaut bien Vénus qui brille sur les monts.
Le vaste azur n'est rien, je te l'atteste ;
Le ciel que j'ai dans l'âme est plus céleste !

C'est beau de voir un astre s'allumer.
Le monde est plein de merveilleuses choses.
Douce est l'aurore et douces sont les roses.
Rien n'est si doux que le charme d'aimer !
La clarté vraie et la meilleure flamme,
C'est le rayon qui va de l'âme à l'âme !

L'amour vaut mieux, au fond des antres frais,
Que ces soleils qu'on ignore et qu'on nomme.
Dieu mit, sachant ce qui convient à l'homme,
Le ciel bien loin et la femme tout près.
Il dit à ceux qui scrutent l'azur sombre :
"Vivez ! aimez ! le reste, c'est mon ombre !"

Aimons ! c'est tout. Et Dieu le veut ainsi.
Laisse ton ciel que de froids rayons dorent !
Tu trouveras, dans deux yeux qui t'adorent,
Plus de beauté, plus de lumière aussi !
Aimer, c'est voir, sentir, rêver, comprendre.
L'esprit plus grand s'ajoute au coeur plus tendre.

Viens, bien-aimé ! n'entends-tu pas toujours
Dans nos transports une harmonie étrange ?
Autour de nous la nature se change
En une lyre et chante nos amours.
Viens ! aimons-nous ! errons sur la pelouse
Ne songe plus au ciel ! j'en suis jalouse ! -

Ma bien-aimée ainsi tout bas parlait,
Avec son front posé sur sa main blanche,
Et l'oeil rêveur d'un ange qui se penche,
Et sa voix grave, et cet air qui me plaît ;
Belle et tranquille, et de me voir charmée,
Ainsi tout bas parlait ma bien-aimée.

Nos coeurs battaient ; l'extase m'étouffait ;
Les fleurs du soir entr'ouvraient leurs corolles ...
Qu'avez-vous fait, arbres, de nos paroles ?
De nos soupirs, rochers, qu'avez-vous fait ?
C'est un destin bien triste que le nôtre,
Puisqu'un tel jour s'envole comme un autre !

O souvenirs ! trésor dans l'ombre accru !
Sombre horizon des anciennes pensées !
Chère lueur des choses éclipsées !
Rayonnement du passé disparu !
Comme du seuil et du dehors d'un temple,
L'oeil de l'esprit en rêvant vous contemple !

Quand les beaux jours font place aux jours amers,
De tout bonheur il faut quitter l'idée ;
Quand l'espérance est tout à fait vidée,
Laissons tomber la coupe au fond des mers.
L'oubli ! l'oubli ! c'est l'onde où tout se noie ;
C'est la mer sombre où l'on jette sa joie.



Victor Hugo

 

Posté par lapresidente à 14:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


01 août 2017

Ma Puisaye

002

 

"J'appartiens à un pays que j'ai quitté"

disait la grande Colette.

Comme elle modestement, j'écris.

 

Son pays est le mien aussi.

Du chateau renaissance

au jardin médiéval

ma vie a suivi un long fleuve, un dédale.

 

Je n'ai pas oublié le parfum des forêts

Je n'ai pas oublié les rondeurs des grés

Je n'ai pas oublié le chateau rouge brique

 

je n'ai pas oublié la vrille qui le longe

Je n'ai pas oublié les vitraux colorés

je n'ai pas oublié la maison des potiers.

 

Ce pays coule encore dans mes veines

Il laboure mon âme de sa terre ocre

et la façonne comme les mains des potiers.

 

La poyaudine

Mireille 

Posté par lapresidente à 17:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mai 2017

La rivière Dirk Maassen.

 

 

 

La rivière coule, coule

les notes dansent, dansent

et mon cœur bat.......

 Tout s'accélère

et comme un envol de folie

le tout se mélange...

 La rivière danse,

au rythme de mon cœur qui coule, coule

sur les notes joyeuses

de l'archet 

qui glisse, glisse

 

comme l'oiseau

qui vole, vole,

la rivière coule, coule

et nous emporte

vers l'embouchure de notre vie

qui se jettera inexorablement

dans l'océan de félicité .

mireille@

sur la musique de Dirk Maassen

 

Posté par lapresidente à 10:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 mars 2017

Eveil printanier

011

L'éclosion du printemps
libère mon esprit endormi.

Les jonquilles, de leur clochette jaune
sonnent l'heure du réveil.

Désir de vivre,
désirs amoureux,
nous avançons gaiement sur notre route.

Nous laissons un instant l'actualité folle
des élections rocambolesques..
On croirait voir un feuilleton américain.

Mais ne s'est on pas offusqué de leur dernière élection ?
Devons- nous rire ou pleurer de ces étalages 
d'argent, de jeu de pouvoir, de mots, de blabla
Sont-ils sérieux ou nous prennent -ils pour des ânes ?

Je rêve d'un Sage aux commandes du pays,
un être réfléchi, conscient, fraternel, courageux
soucieux du bien du peuple.

Alors je vais , en sautillant sur le chemin,
retrouvant mon âme d'enfant
libre de rire, de faire ce que bon lui semble.

Laissons- les se battre
la terre tourne à son rythme
le soleil est toujours à sa place
la lune excite les insomniaques
alors que les hommes s'agitent ,

Je vais...

mireille@

Posté par lapresidente à 10:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

28 février 2017

Continuer ou ne pas continuer.

 

 

Est-ce que la poésie interesse encore de nos jours

est-ce que l'écriture interpelle les humains?

ou n'y a t-il que des robots qui lisent ce blog?

mireille

Posté par lapresidente à 07:47 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 février 2017

Dessiner l'amour

Baiser Pompei 2

Dessiner l'amour sur le contour de ton visage

aimé,

laisser l'empreinte douce des doigts

pour qu'il ne tombe jamais dans l'oubli

 

Dessiner l'amour sur ton corps offert

et d'un baiser laisser l'empreinte

de mon cœur !

 Dessiner l'amour dans ton cœur

et que mon souffle anime les battements

dans ta vie.

 Dessiner l'amour dans nos âmes

liées éternellement.

 

Mireille

Posté par lapresidente à 14:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]